Les néo-banques étrangères font un tabac en France

/, Neo Banque, Revolut/Les néo-banques étrangères font un tabac en France

Les néo-banques étrangères font un tabac en France

Neo Banque Revolut en pleine expansion en FranceBien qu’étant nouvellement arrivées dans un environnement jusque-là très traditionaliste, les néo-banques étrangères connaissent déjà un énorme succès sur le marché français. La plupart d’entre elles, y compris N26 et Revolut, ont en effet réussi à attirer des milliers de clients en seulement quelques mois. C’est le cas notamment de N26 et Revolut qui réussissent des résultats surprenants dans l’Hexagone. Mais comment expliquer de tels succès ?

Un marché particulièrement favorable pour les néo-banques étrangères?

En février 2018, N26 et Revolut annonçaient des portefeuilles clients réunissant respectivement 200 000 et 220 000 clients sur le marché français. Au vu de ses chiffres, le moins qu’on puisse dire est que ces néo-banques semblent se plaire chez nous. L’année écoulée a notamment été très faste pour ces deux nouveaux venus qui comptaient respectivement 30 000 et 50 000 utilisateurs à la même période en 2017. Cette progression fulgurante n’a pas été ralentie par l’arrivée d’un nouveau concurrent de taille qui n’est rien d’autre qu’Orange Bank. Au contraire, les deux banques mobiles en ont même profité pour donner un coup de pouce à leur croissance. Ainsi, le rythme d’ouverture de compte qui était de 2 000 à 3 000 utilisateurs par semaine à la fin de 2017 est passé à environ 5 000 utilisateurs mensuels en ce début d’année.

Encore plus récent que N26 et Revolut, Ditto Bank qui est le dernier acteur étranger en date sur le marché connaît aussi une croissance plutôt rapide. La banque commerciale issue de la Banque Travelex, spécialiste des opérations de change, ne compte pour le moment qu’une centaine de clients. Toutefois, elle espère séduire d’ici la fin de 2018 pas moins de 65 000 clients en France. Leur succès, les néo-banques étrangères le doivent principalement au fait que leurs services sont pour la plupart gratuits. Par ailleurs, leur développement en France est favorisé par la loi Macron qui est opérationnelle depuis le 6 février 2017. Cette disposition légale a pour objectif de favoriser la mobilité bancaire en permettant aux utilisateurs de changer d’établissement sans aucun frais et sans de lourdes procédures.

De nouveaux modèles économiques flexibles

Les services et produits des néo-banques étrangères étant accessibles uniquement par application, celles-ci misent sur des coûts de fonctionnement et de gestion très réduits comparés à ceux des banques traditionnelles. Ainsi, elles peuvent se permettre d’offrir des services à des prix défiant toute concurrence « classique ».
Pour rentabiliser, ces nouvelles banques proposent également différents services payants. N26 et Revolut proposent par exemple des services payants comme le transfert d’argent à l’international. Des commissions sont également prélevées sur les retraits en devises étrangères, les retraits en euros, même si les prélèvements sont effectués seulement à partir d’un seuil donné. Leurs autres sources de revenus proviennent essentiellement des commissions interbancaires de paiement, des prestations payantes, ou encore de la commercialisation de produits d’épargne.

Les levées de fonds, pour booster l’activité

Il y a quelques jours, N26 annonçait une levée de fonds de 130 millions d’euros qui seront utilisés pour doper son développement et conquérir de nouveaux marchés porteurs, dont celui des Etats-Unis. Cette opération succède à une précédente qui avait permis à la néo-banque allemande de lever plusieurs autres dizaines de millions d’euros. Revolut avait elle aussi bénéficier d’un investissement similaire il y a quelques mois. Le montant collecté à cette date par les deux banques depuis leur lancement dépasse un peu plus de 300 millions de francs. Ce sont là de véritables indicateurs de la confiance qu’ont les investisseurs en ces banques étrangères au style novateur.

By | 2018-04-26T03:23:31+00:00 avril 25th, 2018|N26, Neo Banque, Revolut|Commentaires fermés sur Les néo-banques étrangères font un tabac en France